Imprimer cette page

 

Retour à la liste
9 mars 2020

Nouvelle - Québec continue d’investir dans l’hydrogène

Par VINCENT LARIN 

 

Une deuxième station de ravitaillement sera construite, malgré la rareté des véhicules à l’hydrogène

 

Même si aucun véhicule à l’hydrogène n’a été vendu aux consommateurs québécois encore jusqu’ici, le gouvernement Legault investira dans la construction d’une deuxième station de ravitaillement dans le corridor Montréal-Québec.

 

Le gouvernement du Québec poursuit cette aventure, alors qu’il loue à grands frais et teste des véhicules à hydrogène dans le cadre d’une expérience pilote, sans fixer d’échéancier pour son évaluation.


Un appel de proposition pour la construction d’une nouvelle station d’approvisionnement a été publié récemment par Transition énergétique Québec (TEQ).

 

L’organisme gouvernemental a été chargé, en 2018, de mener un « banc d’essai » pour le gouvernement afin de tester l’utilisation de l’hydrogène comme carburant dans le secteur du transport.

 

La toute première station publique de ravitaillement en hydrogène, installée dans une station-service du boulevard Wilfrid-Hamel, à Québec, a coûté 5,2 millions $, dont plus de la moitié a été déboursée par TEQ (2,9 millions $) et Ressources naturelles Canada (1 million $).

 

Le coût de la nouvelle station projetée par le gouvernement n’est pas encore connu.

 

Flotte gouvernementale

 

Pour ce projet-pilote, Québec vient aussi de louer pour une durée de quatre ans une voiture Nexo de la compagnie coréenne Hyundai au coût de 41 449 $.


Celle-ci ira donc rejoindre la flotte gouvernementale de véhicules alimentés à l’hydrogène, qui compte déjà 50 voitures Mirai de la japonaise Toyota. Ces dernières ont été louées pour quatre ans par le gouvernement en juillet 2019, au coût de 2,9 millions $.

 

Or, des experts remettent en question l’utilité de ces investissements par le gouvernement dans un contexte où l’hydrogène paraît peu rentable pour le transport personnel (voir ci-dessous).

 

Par ailleurs, aucun véhicule Mirai ni Nexo n’a été vendu dans la région de Québec où se trouve pourtant la seule station de ravitaillement publique au Québec, ont indiqué des professionnels des deux compagnies rencontrés au Salon international de l’auto de Québec, jeudi.

 

« À ce moment-ci, je ne verrais pas l’opportunité d’avoir plus de véhicules, mais ce n’est pas exclu non plus », souligne en entrevue le directeur des partenariats et responsable du projet-pilote des véhicules à hydrogène chez TEQ, Mathieu Payeur.


Durée de quatre ans

 

Toutes ces voitures à hydrogène en location doivent permettre au gouvernement de récolter des données sur leur autonomie, leur comportement et leur efficacité, et ce, en condition hivernale, précise-t-il.

 

Le mesurage a débuté cet automne et aura une durée de quatre ans.

 

Les véhicules à hydrogène sont gérés par le Centre de gestion du matériel roulant et prêtés aux fonctionnaires des différents ministères de la région de Québec. La Ville de Québec a également signé un partenariat avec le gouvernement afin de pouvoir s’en servir pour ses activités.

 

Unique borne à Québec

 

Seul problème, comme l’unique borne publique d’alimentation est située à Québec, il devenait risqué de s’éloigner de la capitale nationale.

 

« Une des considérations, c’est de permettre les grandes distances. [Le manque de stations], c’est un frein pour améliorer la qualité des données qu’on pourrait avoir », a précisé M. Payeur en entrevue avec l’Agence QMI.

 

Le choix a été fait de commander un seul véhicule Nexo puisque les véhicules de type VUS sont moins souvent utilisés au sein du gouvernement.

 

« Si on a besoin d’un VUS, normalement, ce sont des applications un peu plus particulières. [...] Mais il n’y avait pas nécessairement ce besoin-là à ce moment précis, et évidemment, il y avait une question de coûts », mentionne Mathieu Payeur.

 

LA FLOTTE GOUVERNEMENTALE


► 50 Toyota Mirai

► Coût : 2,9 millions $

► Autonomie : 500 km

► Louées pour 48 mois en février 2019

► Prix de la voiture neuve : 73 870 $

► Fait le plein en cinq minutes 

 

Source : Journal de Montréal

Design Web par Acolyte
Copyright © AGPI 2020 - Tous droits réservés - Notes légales