Le Diffuseur Imprimer cette page
Retour à la liste
Publié par Normes CSA
Être prêt à faire face aux situations d’urgence

En tant que gérants d’immeubles, vos employés et vous interagissez avec des milliers de personnes tout au long de l’année. Il y en a que vous connaissez bien, d’autres que vous ne verrez qu’une seule fois, et d’autres encore que vous rencontrerez le pire jour de leur vie.

 

Même en temps normal, chaque journée comporte ses défis – baisse de la pression d’eau, ascenseur brisé ou système de chauffage, de ventilation et de climatisation gardant la température trop chaude ou trop froide –, mais qu’en est-il des événements exceptionnels qui peuvent arriver sans prévenir? À quel point peut-on être prêt quand une journée normale devient complètement anormale?

 

Des urgences médicales se produisent tous les jours. Heureusement, la plupart peuvent être réglées rapidement ou en appelant le 9-1-1. Mais qu’arrive-t-il lorsqu’il faut prendre des mesures immédiates et que chaque seconde compte?

 

Même s’il est important d’avoir le matériel approprié à portée de la main, si aucun employé ne possède la formation nécessaire, la plupart de ces dispositifs sont pour ainsi dire inutiles.

 

Défibrillateur externe automatisé
En cas de crise cardiaque, il se peut qu’après avoir appelé les services d’urgence, vous vous retrouviez devant une personne dont le cœur s’est arrêté de battre. Si l’immeuble que vous gérez est doté d’un défibrillateur externe automatisé (DEA), vous pourriez devoir l’utiliser pour stimuler le cœur du patient au moyen de décharges électriques en attendant l’arrivée des ambulanciers. Un DEA est un dispositif électronique portatif conçu pour diagnostiquer automatiquement les arythmies cardiaques potentiellement mortelles que sont la fibrillation ventriculaire et la tachycardie ventriculaire et pour employer la défibrillation, soit l’envoi de décharges électriques en vue de mettre fin à l’arythmie pour permettre au cœur de reprendre un rythme efficace.

 

Les problèmes cardiaques peuvent rapidement entraîner des lésions cérébrales irréversibles et la mort en cas d’arrêt cardiaque. Ces lésions peuvent survenir après trois minutes seulement – le temps presse.

 

Idéalement, un DEA doit être manipulé par une personne ayant reçu la formation pertinente, mais ces appareils sont conçus pour pouvoir être utilisés au besoin par des non-spécialistes possédant une formation limitée.

 

Appareil respiratoire autonome
Si une personne se retrouve dans un environnement faible en oxygène, par exemple dans un espace clos, il peut être utile qu’elle soit formée sur l’utilisation d’un appareil respiratoire autonome (ARA). Cet appareil est considéré comme un type complexe d’équipement de protection individuelle, étant donné que l’on doit être formé pour l’utiliser de façon efficace et qu’il est dangereux pour un profane d’essayer de l’employer sans formation dans une situation d’urgence. Seuls les employés ayant suivi une formation sur les procédures d’entrée dans les espaces clos ou sur l’équipement de sauvetage en espace clos devraient tenter d’entrer dans un tel espace.

 

Lorsque vous choisissez un ARA, songez aux dangers associés à son port éventuel. Il est primordial d’effectuer une évaluation complète des risques portant non seulement sur les dangers associés au port de l’appareil, mais aussi sur tous les dangers qui pourraient en découler. Ces deux éléments sont essentiels pour assurer un usage efficace de l’équipement ainsi que pour le bien-être et la sécurité de l’utilisateur.

 

Auto-injecteurs
La hausse de la fréquence des réactions anaphylactiques et la sensibilisation au sujet des personnes souffrant de ces allergies potentiellement mortelles ont également entraîné une augmentation du nombre de dispositifs d’injection automatique d’adrénaline en circulation. Dans certains cas graves, l’anaphylaxie entraîne un effondrement soudain sans aucun autre symptôme apparent comme de l’urticaire ou des bouffées vasomotrices. Ces réactions sont le plus souvent déclenchées par l’injection intraveineuse d’un médicament ou par une piqûre d’insecte.

 

Voici les symptômes d’anaphylaxie les plus courants :

  • tension artérielle dangereusement basse, étourdissements, sudation et évanouissement;
  • urticaire et bouffées vasomotrices;
  • nausée, crampes, diarrhée ou vomissements;
  • gonflement du visage et de la gorge;
  • respiration sifflante ou difficulté à respirer.

Bien qu’il incombe à l’utilisateur d’avoir sur lui son auto-injecteur et de savoir comment l’utiliser, en cas de réaction anaphylactique, il se peut que la situation évolue d’une façon ou avec une rapidité telle qu’il ne soit pas en mesure de se traiter lui-même. Dans ce cas, des employés connaissant les rudiments de l’utilisation de ces dispositifs peuvent faire la différence entre la vie et la mort. Si vous croyez qu’une personne présente une réaction anaphylactique extrême et qu’elle est incapable de se traiter, appelez le 9-1-1 et cherchez un bracelet ou un collier d’identification MedicAlert. Certaines personnes choisissent de se faire tatouer l’information pertinente sur la face intérieure d’un poignet. Si la personne est consciente et alerte, demandez-lui si elle a un auto-injecteur et si elle a besoin d’aide. Si elle est incapable de communiquer, fouillez dans son sac à main, son sac ou ses poches pour trouver un auto-injecteur, puis suivez les directives suivantes.

 

Pour utiliser un auto-injecteur :
1. Sortez-le de son tube protecteur.
2. Tenez-le fermement, la pointe vers le bas.
3. Retirez le bouchon de sécurité en tirant en ligne droite (sans le plier ni le tordre).
4. Avec un mouvement de balancement, enfoncez la pointe fermement du côté extérieur de la cuisse à mi-hauteur jusqu’à ce que vous entendiez un « clic ».
5. Retenez l’injecteur dans la cuisse pendant plusieurs secondes.

 

Enfin, demeurez avec le patient jusqu’à ce que les services d’urgence prennent la relève.

Avec un peu de chance, vous ne vous retrouverez jamais dans une situation d’urgence dans votre milieu de travail. Toutefois, du point de vue de la gestion des risques, il est préférable que vous soyez bien préparés aux scénarios les plus probables.

 

Veillez à ce que le matériel installé dans vos locaux soit bien entretenu et à ce qu’il porte la marque de certification d’un organisme indépendant comme le Groupe CSA.

 

-30-

 

Alain Ste-Marie est directeur de l’implantation des nouvelles affaires pour le Canada au Groupe CSA. 


Retour à la liste
Laissez un commentaire

Par mot-clé
AGPI, Changement climatique, Colloque annuel, Concept, Concours « Le Pilier d’Or », Développement Durable, Éducation, Energie, Entrevue, Gestion immobilière, Gouvernance, Hygiène et salubrité, Légal, Les grandes visites institutionnelles, Mot de la présidence
Par numéro de volume
Par auteur
Par année

Design Web par Acolyte
Copyright © AGPI 2021 - Tous droits réservés - Notes légales