Le Diffuseur Imprimer cette page
Retour à la liste
Publié par CHU Sainte-Justine
LE COIN DU GESTIONNAIRE - Le choix de la pâte à souder : crucial pour une eau domestique de qualité!


À l’automne 2016, le CHU Sainte-Justine a complété son projet d’agrandissement d’environ 130 000 m2 offrant au personnel, aux chercheurs, aux patients et à leur famille, un milieu de vie moderne et adapté à leurs besoins.

 

Avant d’accueillir ses premiers patients en décembre dernier, l’équipe du CHUSJ a entrepris la mise en service technique pour assurer le fonctionnement optimum des nouveaux bâtiments et un environnement sécuritaire. Une batterie de tests de contrôle de qualité a été réalisée, mais plus spécifiquement des analyses physico-chimiques et microbiologiques pour mesurer la qualité de l’eau des réseaux domestiques des nouvelles installations.

 

Les premiers résultats de nos échantillons n’étaient pas à la hauteur de nos attentes; un haut taux de bactéries a été mesuré aux points de consommation. Et ce, malgré les nombreuses mesures de prévention prises dont l’élaboration d’un protocole de mise en eau pour un nouveau complexe hospitalier avec des experts en la matière et des purges fréquentes de nos réseaux d’eau domestique.

 

Avec l’aide de la chaire industrielle CRSNG en eau potable de Polytechnique Montréal, il a été déterminé que la présence anormalement élevée de ces bactéries était associée à l’usage d’une pâte à souder à base de produits pétroliers spécifiquement interdite par la RBQ depuis 2008 sur les réseaux d’eau domestiques.

 

Le code national de plomberie du Canada exige que toute pâte utilisée sur les réseaux d’eau domestiques respecte la norme ASTM B813. L’augmentation des niveaux de zinc détectés aux points d’utilisation par rapport à l’entrée d’eau a permis de faire le lien entre la qualité d’eau et la pâte à souder, car l’une de ses composantes est le chlorure de zinc.



Afin de déloger cette pâte à souder et donc de retrouver une bonne qualité d’eau, le CHU Sainte-Justine a dû procéder à :

  • un rinçage complet des tuyaux d’eau chaude et froide à une température de 70 °C;
  • suivi d’une chloration du réseau; et,
  • finalement d’un rinçage à l’eau froide. 

Le processus a pris près d’un mois et a mobilisé plusieurs ressources humaines et financières. Cette démarche rigoureuse permet aujourd’hui au CHUSJ d’offrir de l’eau domestique de qualité à l’intérieur de ses nouveaux bâtiments.


Il est donc primordial d’exercer une surveillance accrue des chantiers de construction quant au type de pâte à souder utilisée par les plombiers pour toute soudure des réseaux d’eau domestiques.  


Retour à la liste
Par mot-clé
AGPI, Changement climatique, Colloque annuel, Concept, Concours « Le Pilier d’Or », Développement Durable, Éducation, Energie, Entrevue, Gestion immobilière, Gouvernance, Hygiène et salubrité, Légal, Les grandes visites institutionnelles, Mot de la présidence
Par numéro de volume
Par auteur
Par année

Design Web par Acolyte
Copyright © AGPI 2021 - Tous droits réservés - Notes légales