Le Diffuseur Imprimer cette page
Retour à la liste
Publié par AMCQ
Qu'en est-il des plissements sur les couvertures ?

On observe parfois des plissements à la surface d'une couverture. Dans quels cas s'agit-il de défauts qui requièrent des correctifs ? Plusieurs organisations se sont penchées sur cette question et nous proposent des réponses.

 

Précisons d'abord que l'on considère un « plissement » comme un soulèvement linéaire de la membrane d'étanchéité.
 

AMCQ
Depuis plusieurs années, dans le cadre de son programme de garanties, l'Association des maîtres couvreurs du Québec (AMCQ) procède à environ mille inspections par année. Pour permettre une appréciation objective et constante des plissements (entre autres), elle s'est dotée d'un guide d'évaluation. Cette évaluation ne doit pas se faire de la même façon selon le type de membrane. Les plissements des membranes bitumineuses qui présentent des arêtes vives, sur le dessus desquelles le bitume est exposé, doivent être corrigés. Les plissements des membranes de type EPDM qui sont repliés sur eux-mêmes doivent également être réparés. Dans tous les cas, les plissements qui présentent des joints ouverts et où il y a risque d'infiltration ne doivent pas être tolérés. Les plissements qui font obstacle au bon écoulement de l'eau sur la couverture doivent aussi être corrigés. Les plissements qui se trouvent dans des zones de circulation importantes (sorties au toit par exemple) doivent être éliminés. Les plissements qui se produisent sur des membranes multicouches avec feutres organiques (ou #15) sont plus critiques que les plissements observables sur les autres types de membranes. Compte tenu de la température de ramollissement du bitume, celui-ci peut s'écouler du dessus des plissements et exposer les feutres et une fois ces derniers exposés, ils se dégradent rapidement sous l'effet de l'eau et risquent de compromettre l'étanchéité de la couverture.

 

Une quantité importante de plissements peut être un symptôme de mouvements non désirés de la membrane ou des matériaux sous-jacents. Pour déterminer les interventions requises, des coupes exploratoires devraient être réalisées sous la supervision d'un professionnel qui pourra interpréter les résultats et faire les recommandations pertinentes.

 

ACEC
L'Association canadienne des entrepreneurs en couverture (ACEC) a publié en octobre 1995, un bulletin technique « No. 43 - Rides et boursouflures sur les membranes du bitume modifié ». Ce document est disponible sur le site de l'ACEC.

 

La position de l'ACEC est sensiblement la même que celle de l'AMCQ… « Rapiécer une petite ride (…), à cause du seul aspect visuel, n'est pas justifié dans la majorité des cas, et généralement la réparation se révélera pire que l'imperfection à corriger ».

 

NRCA
L'association des couvreurs des États-Unis (National Roofing Contractor Association NRCA) a publié en 1997, un document intitulé « Repair Manual for Low-slope Membrane Roof Systems ».

 

On y indique notamment qu’« En général, les crêtes et plissements sur ces matériaux1, lorsqu'aucune fissuration n'est apparente, ne représentent pas des problèmes qui doivent être réparés. À moins qu'il ne soit démontré que la membrane subit des contraintes dommageables, tel que plissements repliés, plissements qui se trouvent dans une zone de circulation ou si la membrane est fissurée, il est préférable de ne pas intervenir et de surveiller la zone au cours des inspections. Si la membrane est froissée, fissurée ou endommagée, une réparation est nécessaire2 ».

 

On retrouve dans ce document, en plus des informations publiées par l'AMCQ et l'ACEC, des devis de réparation pour tous les types de membranes d'étanchéité en usage aux États-Unis (et au Québec), et pour tous les types d'anomalies que l'on peut observer sur ces membranes.

 

En résumé, il faut évaluer correctement les risques liés aux plissements que l'on observe sur les couvertures et l'intervention dépendra de la nature de la membrane, du type et de la quantité de plissements. Dans certains cas plus critiques, des plissements pourront compromettre l'étanchéité ou la durabilité de la couverture et lorsque ces situations se produisent, il faut avoir recours à un expert pour l'évaluation de la nature et de la portée des interventions.

 

Exemple de plissement à tolérer ; surface arrondie, aucun joint ouvert. Plissements en partie verticale avec joints ouverts, à corriger rapidement.

Exemple de plissement à réparer : perte de granules sur le dessus du plissement. Cette réparation n'est pas urgente.

 

Guy Lalonde

Directeur général adjoint, AMCQ

 

1. Membranes de bitume modifié

2. Generally, ridges and buckles on these materials if not cracking are not problems that need to be repaired in the roof system. Unless obvious strain is being exerted on the membrane, such as if buckles are folded or if the ridge is in a traffic area or if the membrane is cracking, it is best to leave this condition alone and monitor the area during inspections. If the membrane is creased, cracked or damaged, then a repair is needed.


Retour à la liste
Laissez un commentaire

Par mot-clé
AGPI, Changement climatique, Colloque annuel, Concept, Concours « Le Pilier d’Or », Développement Durable, Éducation, Energie, Entrevue, Gestion immobilière, Gouvernance, Hygiène et salubrité, Légal, Les grandes visites institutionnelles, Mot de la présidence
Par numéro de volume
Par auteur
Par année

Design Web par Acolyte
Copyright © AGPI 2019 - Tous droits réservés - Notes légales